• Les belles d'Aranjuez

    Une nuée de cristaux glace le corps des belles d’Aranjuez.

    Je les prendrai bientôt une à une,  et la neige éphémère se posera d’abord sur mes lèvres.

    Sans autre gémissement que la volupté du gourmand, elles feront offrande sur ma langue de leur plus précieux nectar.

    Les belles d’Aranjuez sont ainsi.

    Elles adorent les derniers instants.

    Qu’elles croisent d’ailleurs un regard polisson, et c’est comme un mamelon sucré dressé par l’émoi que l’on croque en fermant les yeux.

    D’une morsure amoureuse dans leur chair abandonnée, elles font de vous le complice du saladier aux fleurs-vitraux, qui fait « arc-en- ciel » au soleil de midi.

    Les belles d’Aranjuez sont ainsi.

    Elles rêvent de finir en beauté dans la pleine lumière, fières et rouges sang, castillanes de cœur à jamais…

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :